EnglishFrançais

[fr]Site Web DMA[en]DMA Web Site

Bannière DMA Site de l'ENS Site Paris Sciences et Lettres Site du CNRS Accueil
Accueil du site > Présentation > Historique : Des mathématiciens à l’honneur : les médailles Fields

Historique

Des mathématiciens à l’honneur : les médailles Fields

Au congrès international des mathématiciens de 1924 à Toronto (ce congrès se tient tous les quatre ans depuis la fin du XIXème siècle - avec des interruptions pendant les deux guerres mondiales), il fut proposé, par le mathématicien canadien John C. Fields, de décerner, à chaque congrès, deux médailles en or pour récompenser des progrès remarquables en mathématiques. Fields, qui regrettait l’absence d’un prix Nobel en mathématiques, était également très soucieux que l’on sorte des attitudes liées à la Première guerre mondiale : les mathématiciens allemands n’avaient pas été invités au Congrès de 1924. Les prix auxquels il pensait seraient véritablement internationaux, sans aucune exclusive. Ce n’est qu’au congrès de Zurich, en 1932, suite à la mort de Fields et à un legs qu’il fit pour la mise en oeuvre de ces médailles, que la proposition fut acceptée. Fields avait précisé dans son legs que, s’il s’agissait de reconnaître un travail déjà effectué, la médaille devait être également un encouragement à réaliser d’autres progrès en mathématiques. C’est ainsi que la coutume s’imposa de décerner la médaille à des mathématiciens "jeunes", c’est-à-dire d’au plus 40 ans. La médaille Fields est clairement la récompense la plus prestigieuse en mathématiques. Elle est accompagnée d’un prix de... 15000$. Pourquoi n’y a-t-il pas de prix Nobel en mathématiques ? Une anecdote, très populaire chez les mathématiciens mais apocryphe, veut que la femme de Nobel ait eu une aventure avec un mathématicien -ce qui expliquerait l’animosité de Nobel contre les mathématiques, et donc cet "oubli". C’est en réalité la personnalité du plus grand mathématicien suédois du tournant du siècle, Mittag-Leffler, que Fields d’ailleurs avait bien connu, un homme très imbu de sa personne, qui était en cause. Mittag Leffler était très bien introduit à la cour du roi de Suède, et supportait mal la réussite du chimiste Nobel. L’inimitié était mutuelle. Les médailles Fields décernées sont au nombre de 2 à 4 tous les 4 ans, soit un peu moins d’une médaille par an (bien moins que des prix Nobel de physique, par exemple). Les médailles sont attribuées par un comité désigné par l’Union mathématique internationale. Contrairement à ce qui se passe pour les prix Nobel, la liste des récipiendaires n’est pas rendue publique, au moins en principe, avant la cérémonie d’ouverture du Congrès international. En tout, sur 51 médaillés depuis l’origine des temps, il y a 10 Français, 1 apatride ayant fait toutes ses études et toute sa carrière en France, et 2 Belges ayant fait une grande partie de leur carrière en France (tous les deux à l’Institut des hautes études scientifiques). À titre de comparaison, il n’y a que 12 Américains qui aient obtenu la médaille. Les 10 médaillés français sont anciens élèves de l’École. Aucune autre institution dans le monde ne peut se targuer d’un tel résultat.
- 1950 : Laurent Schwartz
- 1954 : Jean-Pierre Serre
- 1958 : René Thom
- 1982 : Alain Connes
- 1994 : Pierre-Louis Lions
- 1994 : Jean-Christophe Yoccoz
- 2002 : Laurent Lafforgue
- 2006 : Wendelin Werner
- 2010 : Ngô Bảo Châu
- 2010 : Cédric Villani

45 rue d'Ulm - F 75230 PARIS cedex 05 | phone : (33) 1 44 32 20 49 | fax : (33) 1 44 32 20 80

Plan du site | Mentions légales | | Edition du site | Web site designed under SPIP